mardi 8 juin 2010

Les bizarreries de la campagne présidentielle

Cécile Sow

Cecile Sow est la correspondante de Jeune Afrique à Dakar depuis avril 2007. Elle couvre également la Guinée et la Guinée-Bissau

Vendredi 29 mai, les Guinéens ont eu droit à la première édition du journal télévisé de la campagne électorale, officiellement lancée le 17 mai, alors que la liste des candidats à la présidentielle n’avait pas encore été validée par la Cour suprême. Et ce fut… un grand moment de télévision ! Pendant plus de 90 minutes, candidats, directeurs de campagne et simples représentants de partis ont défilé sur le petit écran.

Lire la suite

mercredi 21 avril 2010

Le "marabout blanc" broie du noir

Christophe Le Bec

Christophe Le Bec est journaliste à Jeune Afrique depuis Septembre 2009. Il travaille essentiellement sur les sujets économiques et les questions de société en Afrique subsaharienne.

Il s’appelle Gérard de Coursières. À Conakry, il est connu comme le loup blanc. Pour de nombreux Guinéens, cet astrologue-numérologue français est celui qui avait prédit l’avènement de Moussa Dadis Camara. « La succession de Lansana Conté sera assurée par un jeune militaire du camp Alpha Yaya Diallo », aurait-il annoncé à la fin de 2008. Pour ses détracteurs, il n’est qu’un fin observateur du marigot conakryka, qui utilise habilement ses talents en prospective et en psychologie auprès de gens riches et crédules. La rumeur le dit même agent des services secrets français.

Lire la suite

vendredi 2 avril 2010

Sembène Ousmane selon Sékouba Konaté

Cécile Sow

Cecile Sow est la correspondante de Jeune Afrique à Dakar depuis avril 2007. Elle couvre également la Guinée et la Guinée-Bissau

Le président intérimaire de la Guinée, le général Sékouba Konaté, c’est connu, est un homme peu loquace. Pourtant, après de longues semaines de discussion avec ses proches, il a accepté, en février dernier, d’accorder à Jeune Afrique sa première interview (voir J.A. no 2562 du 14 au 20 février 2010). L’entretien avait eu lieu à Cobayah, au domicile du directeur du protocole d’État, Mounir Cissé, dans la nuit du 10 au 11 février, en présence de quelques collaborateurs.

Lire la suite

mardi 9 mars 2010

Toumba n’est pas un héros !

Cécile Sow

Cecile Sow est la correspondante de Jeune Afrique à Dakar depuis avril 2007. Elle couvre également la Guinée et la Guinée-Bissau

Le 28 septembre 2009, quelques heures à peine après le massacre au grand stade de Conakry, Toumba, désigné par de nombreux témoins comme étant le maître d’œuvre de la répression, était l’homme le plus haï (et craint) de Guinée.

Lire la suite

mardi 29 septembre 2009

Je suis désolé(e)

Cécile Sow

Cecile Sow est la correspondante de Jeune Afrique à Dakar depuis avril 2007. Elle couvre également la Guinée et la Guinée-Bissau

Nous serons certainement très nombreux à ressasser cette phrase absurde du capitaine Moussa Dadis Camara. Est-il plus « désolé » que les proches des dizaines de Guinéens qui sont tombés sous les balles des militaires ce 28 septembre ? Est-il plus « désolé » que ces milliers de gens qui ont manifesté à Conakry et à Labé pour clamer leur détestation de la dictature et leur volonté de changement ? Est-il plus « désolé » que les millions d’Africains qui assistent depuis quelques années à un recul fulgurant de la démocratie sur le continent ?

Lire la suite

jeudi 16 juillet 2009

Drôles de rencontres avec Dadis…

Cécile Sow

Cecile Sow est la correspondante de Jeune Afrique à Dakar depuis avril 2007. Elle couvre également la Guinée et la Guinée-Bissau

En débarquant à Conakry le 1er juillet 2009, je n’étais pas certaine de pouvoir rencontrer le chef de la junte guinéenne, le capitaine Moussa Dadis Camara. Si vous ne frappez pas à la bonne porte, vous avez de fortes chances de passer des nuits blanches au camp Alpha Yaya Diallo où il est établi depuis le putsch du 23 décembre 2008, sans jamais pouvoir ne serait-ce que poser les yeux sur lui.

Lire la suite

mardi 8 janvier 2008

Miracle à Conakry

Tshitenge Lubabu M. K.

Journaliste à Jeune Afrique depuis juin 2006, Tshitenge Lubabu M. K. couvre essentiellement l'Afrique centrale, la culture en général et la région des Grands Lacs où il adore parler le swahili.

Je l’avoue : je ne fréquente plus les stades depuis les années 1970. Misanthropie ? Non, plutôt le malaise d’être au milieu d’une foule braillarde.

J’appartiens à cette espèce – rare, je l’espère – qui comprime ses émotions. Sauter, crier, hurler n’est pas mon fort. Quoi qu’il arrive, je reste imperturbable.

Lire la suite