20h45, le 31 janvier. Centre de conférences des Nations unies à Addis-Abeba (Éthiopie). En plein sommet des chefs d'Etat de l'Union africaine (UA). Voilà plus de douze heures qu'on arpente les couloirs à la recherche d'informations, en discutant avec les ministres, ambassadeurs et autres délégués qui sortent du huis clos. Le matin, Mouammar Kaddafi a officiellement transmis la présidence en exercice de l'UA au Malawite Bingu wa Mutharika. Non sans mal. Et non sans regret.

Lire la suite